Une espèce en voie de disparition

Je crois que vous apprécierez cette histoire :  » Une incroyable rencontre , de Cynou1221 sur Wattpad https://my.w.tt/OfDaPx7ddR

Publicités

Démasquée ( Partie 2)

Trois heures plus tard, Hugo ne rentra pas bredouille. Il ramena avec lui sa nouvelle conquête: une jeunette endormie sur le siège arrière. Il souleva la femme filiforme et l’installa au fond du lit. Il l’examina un moment avant de lui enlever ses escarpins, il remarqua qu’elle portait une chevillère et une bague au gros orteil. Par mesure de précaution, il lui attacha les mains , mit un bandeau sur ses yeux et du ruban adhésif sur les lèvres.
Elle se réveilla doucement lorsqu’elle réalisait ce qui se passait, elle s’est mit à se débattre, à crier mais le ruban étouffant ses cris.
–Je suis ton sauveur. Dit Hugo je sais comment te délivrer . Si tu coopères tout se passera bien sinon, je ne répondrai pas de moi-même.
La femme commença à trembler. Elle devait être dans la vingtaine.
_Je vais t’apprendre à aimer les hommes…
Hugo commença à caresser sa poitrine, glissa ses doigts le long de son corps; elle gigotait beaucoup.
_T’inquiète, tu vas aimer. La rassura Hugo.
Il lui enleva le ruban adhésif pour pouvoir l’embrasser cette dernière lui mordit les lèvres. Il s’énerva et manqua de l’assommer d’un violent coup de tête. Il la déshabilla furieusement.
_ Tu veux coopérer oui ou non?
Le petit corps tout maigre se trémoussait lorsque Hugo avait la tête entre ses jambes; il se protégea avant d’entrer brusquement en elle. Les gémissements de mademoiselle lui fit comprendre qu’il avait accompli sa mission.
☀☀☀☀☀
Clara et Maxime dînèrent au restaurant. Elle voulait signifier à toutes les femmes présentes qu’il était bien à elle. Elle l’embrassait, se collait à lui, Clara se sentait fière au bras de son homme. Maxime fit signe à son ami Hugo qui venait d’arriver. Il le présenta à sa fiancée. Hugo ne tarda pas au restaurant, il repartit presqu’ ausssitôt comme s’il avait le feu au derrière.Il était heureux pour son pote qui avait su se trouver une femme bien dans ce monde à l’envers. Clara s’éclipsa pour retoucher son maquillage, elle laissa volontairement son portable sur la table.
_ Alors on rentre? Lui demanda Maxime.
_oui, pourquoi pas?
Il était à peine vingt heures pourvu que son mec lui réservait la même surprise que la dernière fois pensa t-elle. Maxime conduisait le visage crispé.
_Max ça va?
Il la regarda froidement et reporta son attention sur la route.
_ Max… Insista-t elle
_Alors depuis quand tu me trompes avec lui?
_Mais de quoi tu parles?
_Tu me prends pour un imbécile Clara. Si je te dis M. Beauvais ça ne te dit rien du tout ?
_oh…
«Comment il l’a su? Il a osé fouiller mon téléphone!»
_ Je vais tout t’expliquer Maxime.
_ Ne perds pas ton temps, bonne chance avec ton M.Beauvais.
_Mais Max écoute -moi, c’est lui qui me court après, pour moi c’est fini depuis longtemps…
Il stationna devant chez elle et lui ouvrit la portière.
_Elle m’écrit sans cesse, elle me harcèle.
_Elle? comment ça elle? N’en rajoute pas Clara, j’en ai assez entendu.
Maxime remonta dans sa voiture et démarrage en trombe. Il n’en croyait pas ses oreilles, sa Clara était tombée bien bas. Il détestait de toute son âme ces personnes perverties et lui Maxime en avait une entre ses mains! « Clara tu n’es qu’une pourriture! J’aurais dû te rouler dessus!»
Il était fou de rage.
☀☀☀☀☀

Démasquée

( 1ère Partie)
Hugo, allongé de tout son long sur son lit, jouait avec son sexe. Il était fier de l’exploit qu’il venait d’accomplir; il venait de trouver un véritable sens à sa vie dans ce maudit pays que le destin a voulu qu’il naisse. C’était la troisième sur sa liste. Encore une qu’il avait reconduit sur le droit chemin. Elle avait un corps parfait, il eut une érection en repensant à cette jeune femme à qui elle venait de donner son baptême de feu.
Hugo avait hâte d’être au lendemain pour continuer sa quête dans les boîtes de nuit et les bars pour pénétrer les regards, relever les p’tits gestes qui trahissent, identifier sa proie et se donner les moyens d’exécuter son plan.

☀☀☀☀☀
Clara était sur un p’tit nuage, malgré la fatigue, elle refusait de se jeter dans les bras de Morphée. Pas encore. Mon Dieu! Quelle soirée! Elle était agréablement surprise de cette performance. Cela n’avait rien à voir avec ses parties de jambes en l’air avec M. Beauvais, c’est comme si elle renaissait. Entre le gode et la vraie bite de Maxime en elle, il n’y avait pas de comparaison possible. Clara ne pensait pas le dire un jour mais elle aimait son fiancé à la folie et par moment oubliait son passé avec M. Beauvais dont Maxime ignorait l’existence.
Elle aurait voulu que son homme soit à nouveau en elle. Vivement leur lune de miel pour qu’elle fasse une overdose de l’énorme sexe de Maxime. Vivement leur mariage!
☀☀☀☀☀
Hugo mettait un peu d’ordre dans la pièce. Il jeta le préservatif usagé qui était au pied du lit, déposa le lubrifiant et les menottes dans le tiroir de la commode. Il pensa aussi à changer les draps car il avait giclé sans contrôle en se branlant la veille après avoir ramené la fille. Chose faite, Hugo parfums la chambre avec un spray. Hyperactif ce matin, il alla dans la cour pour effectuer quelques pompes. Robuste, il ne négligeait jamais ses séances de sport et puis avec sa nouvelle activité il devait être au top de sa forme et avait besoin de rester musclé pour user de la force lorsque la situation le demandait.
Hugo regarda autour de lui, sa maison était assez isolée par chance cet endroit n’était pas encore envahi par les gens venus de nulle part et qui construisaient des taudis ça et là ignorant les principes les plus élémentaires de la construction. Les seules choses de valeurs que son feu père lui avait laissées étaient ces deux maisons: l’une en plaine et l’autre en ville. Il habitait celle en ville et celle-ci vide pour le moment lui correspondait parfaitement. Hugo se préparait des pâtes et un smoothie en attendant la tombée de la nuit. La nuit tombée, il prit une douche, s’habilla de façon décontractée, prit les clés de sa CRV de seconde main et partit.
La chasse aux lesbiennes commença.
☀☀☀☀☀

Brisée

Encore une autre journée à affronter, à afficher mon plus beau sourire, à cacher mes peines comme je camoufle mes imperfections avec du maquillage. Je suis morte depuis cette soirée là, je suis devenue insensible à tout, Plus rien ne m’intéresse ici bas, je vaque à mes occupations comme un automate, mon entourage ne remarque rien mais je suis l’ombre de moi-même.

☀☀☀☀

Dans cette embouteillage infernale, je ferme les yeux et pose ma tête contre la vitre. Je n’arriverai pas de si tôt au salon de coiffure. Je déteste les bouchons et les transports en commun. Ce qui me faudrait serait de m’éloigner de toute civilisation, je ne supporte plus la compagnie des gens.

Les yeux fermés je me sens comme s’il n’y avait plus rien autour, comme si cet homme ventru qui sent la transpiration ne me frôlait pas. Je revois deux jeunes dans un lit à rire aux éclats, à faire des plans sur la comète. Ils paraissaient très complices.

La sonnerie de mon téléphone me ramène à la réalité.

-t’es où Michaëlla ? La zuzu dénommée Jenny est là et te réclame.

-Sabine je suis sur la route de Delmas dans un sacré blocus. Elle est déjà là? Occupe-toi de la manucure et la pédicure en attendant que j’arrive.

La circulation n’avance pas, je regarde autour de moi , Je vois encore l’enseigne de ce grand magasin de vêtements. Un taxi-moto me conviendrait parfaitement mais depuis mon accident qui a failli me coûter la jambe droite, je ne veux voir les motocyclettes même en peinture. Je soupire résignée et reprends ma position initiale.

Je me demande si je pourrais aimer quelqu’un d’autre comme j’ai aimé Tommy? Qu’est-ce que je raconte là? Je ne retomberai plus amoureuse! Plus jamais.

J’ai toujours connu Tommy . Nous avons grandi ensemble, fréquentés les mêmes écoles jusqu’au secondaire. Tout le monde est au courant de notre relation. Nous filons le parfait amour depuis cinq ans. Je connais tout de lui, du moins c’est ce que je croyais.

C’est un gars sympa au physique attrayant, silencieux à ses heures et qui embrasse comme un dieu. Les adultes nous citent souvent comme le couple proverbial. Nous nous entendons super bien. C’est pas donné à tout le monde d’avoir une personne aussi charmante dans sa vie.

Ça m’énerve lorsque les chauffeurs ne contournent pas les nids de poule. En plus des bouchons qui me donnent mal au derrière il faut aussi que je sois saccagée! Courbatures assurées cette nuit!

Arrivée à Nazon, la circulation n’était toujours pas fluide mais j’étais plus proche du salon. Je choisis de continuer à pied histoire de me dégourdir les jambes. En nage, je pousse la porte.

-Michaëlla tu m’as fait poireauter!

-Je suis désolée Jenny, je souffle un peu ensuite je te rejoins. Je jette un coup d’oeil au travail de Sabine décidément cette fille est trop forte, faut vraiment que je la fasse curer mes ongles un de ces jours.

-alors Jenny, tu veux quelle coupe aujourd’hui?

-j’ai envie de changer de tête,pourquoi pas des tresses africaines? C’est très tendance en ce moment.

-d’accord, mais dis donc! J’ai pas réalisé qu’il y avait cette adorable fillette ici.

-Je suis venue avec Lisbeth ma fille. Dit Jenny.

L’enfant était absolument mignonne avec ses grands yeux noirs, elle jouait avec les vernis à ongles. Comme j’aurais aimé avoir un enfant de Tommy, ça aurait pu arrivé lors de nos parties de jambes en l’air sans protection mais par chance ou par malchance cela ne s’est jamais produit. Et dire que nous avions déjà choisi des prénoms pour nos futurs bébés… Perdue dans mes pensées, je faisais mon travail machinalement. Je ne m’étais toujours pas remise de mes émotions, c’était définitivement gravé dans ma mémoire.

-Lise tâche de ne pas salir ta robe.

-oui maman.

La petite fille paraissait débordante d’énergie, je la regarde et je m’imagine lui faire pleins de jolies coiffures. Qu’est-ce que ses cheveux sont magnifiques!

Je me vois encore avec Tommy, mon voisin Tommy car nos maisons respectives étaient côte à côte. Je suis allée le voir pour qu’il me fasse toutes ces choses qui me font dormir sur mes deux oreilles. J’essaie de l’allumer sans succès, je feins de m’en aller mais il ne réagit pas.

Je soupire avant de lui demander

-qu’est-ce qui cloche bae?

-j’ai juste besoin d’être au côté de ma fille, la voir grandir et d’être présent pour elle.

-mais de quoi tu parles Tommy? Je ne suis pas sûre de comprendre.

-j’ai une fille de six ans.

-tu plaisantes n’est-ce pas?

-pourquoi te mentirais-je Michaëlla?

Je reste sans mot dire, immobile, je sens un début de migraine. Je ressens une douleur indescriptible en moi, mon cœur est en mille morceaux.

-Pourquoi tu ne me l’avais jamais dit?

-Je l’ai appris depuis peu.

D’une voix tremblante, je lui demandes.

-Qu’adviendra -t-il de nous deux?

-j’avoue que je suis confus.

-Bonne nuit alors.

Je ne savais plus où me mettre. Nous allions avoir 6 ans ensemble et je croyais le connaître par cœur. Tommy veut recoller les morceaux avec cette jeune femme et va peut-être former une petite famille parfaite, moi, je me retrouve sans fiancé, sans rien.

J’avais presque fini avec Jenny, muni de ma paire de ciseaux, je nettoyais ses pointes.

-Lisbeth vient par ici,c’est l’heure d’appeler ton papa. Tommy chéri, je te passe notre fille.

-Bonjour papa!

Je n’en croyais pas mes oreilles, malgré la clim je transpirais à grosses gouttes, dans ma tête je lui avais rasé le crâne avec mes ciseaux. Mais oui! Elle a de grands yeux noirs comme ceux de Tommy!

☀☀☀☀

Je me sentais comme une femme stérile devant ce spectacle, les larmes qui n’avaient pas coulées depuis que je suis au courant de cette fichue histoire perlaient sur mes joues. Tout ce que j’avais construit avec lui, nos projets étaient partis en fumée, j’éprouvais pour Tommy une immense rancoeur.

«Pourquoi tu m’as fait ça Tommy?»

-Fin-